Ormea 12078 Ormea, Province of Cuneo, Italy
Catégorie Poi : Villes
Item Type : Punto di Interesse
Ville : CuneoOrmea

Ormea, presque Ligurie

Entourée de quelques imposantes cimes surélevées sur la magnifique corniche rocheuse qui s’élève derrière la ville, Ormea est située sur une large plate-bande qui s’étend le long de la rivière Tanaro.

Le Pic d’Ormea (2476 m.) et le Mont Antoroto (2144 m.) sont parmi les premiers sommets des Alpes ligures d’une certaine importance et, certainement, offrent une vue merveilleuse à ceux qui arrivent dans la ville (titre dont Ormea a été qualifiée en 1804 par Napoléon) mais surtout ils aident à protéger la zone habitée des courants froids venant du Nord, contribuant ainsi à préserver ce lieu, qui bénéficie positivement de sa proximité à la côte ligure et d’un climat relativement doux.

Ormea est une commune très vaste et riche de hameaux où sont pratiquées depuis des siècles une intense activité pastorale et agricole de versant avec la culture du sarrasin, de pommes de terre et de châtaignes. Les fromages d’alpage et les produits simples de la terre ont toujours été les ingrédients de base d’une cuisine très originale, qui a conservé des caractéristiques vraiment uniques au cours des siècles. La cuisine d’Ormea est en quelque sorte un trait d’union entre le sud du Piémont et la Ligurie; parmi les plats les plus originaux se distinguent certainement les «tultei», des raviolis spéciaux farcis de «cin», une garniture de pommes de terre et de poireaux frits, agrémentés d’herbes aromatiques et grillés sur la plaque d’un poêle à bois.
Que dire des «fozze», une sorte de pain fait d’un mélange de farine et de lait, et des lasagnes d’Ormea ou de la polenta de sarrasin, on ajoute ensuite la présence constante dans les menus des restaurants d’un «Ormeasco», un vin qui porte ce nom bien qu’il soit produit sur le versant ligure, et vous comprendrez que la ville peut être un vrai paradis pour les gourmands.

Ormea, une ville riche en histoire qui se perd dans l’époque lointaine des invasions sarrasines, sait aussi attirer pour beaucoup d’autres raisons; il suffirait de penser à une promenade vers les plus de vingt hameaux de la commune pour faire le bonheur de ceux qui aiment marcher dans les montagnes, mais il y a beaucoup plus pour les amoureux du plein air avec la possibilité de voyages qui vont des refuges vers de magnifiques sommets et des alpages qui les entourent, en parcourant par exemple la Balconata d’Ormea, le long de ses 40 km de sentiers balisés. La recherche de traces historiques de la ville passe par un regard sur les murs imposants de l’ancien château dont reste une ruine massive qui domine la ville, pour continuer à travers le labyrinthe des rues étroites, toutes pavées, qui s’entrecroisent, denses et suggestives pour le village, jusqu’à la splendide façade de la Casa del Marchese (Maison du Marquis) du XIIIème siècle richement décorée et de l’église paroissiale de San Martino sur laquelle se dresse un beau clocher roman, construite au-dessus de ce qui était autrefois la porte de la ville.
Il y a ensuite une petite visite à faire à la caractéristique Casa Museo, une ancienne maison traditionnelle dans laquelle se trouve un très riche musée ethnographique.
Les parcs et jardins de la ville sont tous ornés de sculptures d’artistes contemporains réalisées en marbre noir précieux d’Ormea et méritent absolument une visite, tout comme la tour Sarrasine qui se dresse d’un air intimidant sur la falaise qui surplombe le hameau Barchi.

Ormea est également le terminus de la ligne de chemin de fer historique venant de Ceva. Inaugurée dans la dernière décennie du vingtième siècle, la ligne est née dans les intentions initiales de relier cette partie de la province de Cuneo à Oneglia. Le projet n’a jamais été achevé parce qu’il a été choisi par le gouvernement de l’époque de faire la connexion avec l’ouest ligure à travers le col de Tende par la ligne Cuneo-Vintimille, de sorte que le chemin de fer s’est arrêté définitivement à Ormea. Après une période de déclin, causée par la réduction des lignes moins exploitées par les chemins de fer de l’État, la ligne est aujourd’hui en phase de restauration pour la circulation de trains historiques de grande valeur touristique.

Depuis son inauguration, jusqu’aux années qui ont immédiatement précédées la Seconde Guerre mondiale, le chemin de fer a joué un rôle important en favorisant les communications et en donnant à la ville une impulsion considérable. En fait, Ormea est devenu un centre touristique très important. La construction du Grand Hôtel a attiré une clientèle de haut rang, composée de familles nobles du Royaume- Uni, de France et d’Allemagne. De nombreuses villas ont été construites lors de ces années et témoignent encore aujourd’hui de la magnificence et de la splendeur de cette époque qui a vu également fonctionner le siège d’été du casino de San Remo.
Les hameaux d’Ormea sont très nombreux : Aimoni, Albra, Alpisella, Barchi, Bossi, Bossieta, Campocomune, Cantarana, Rian Homes, Chionea, Chioraira, Eca, Isola Perosa, Nasagò, Pian del Fò, Ponte di Nava, Pornassino, Prale, Quarzina, Toria, Valdarmella, Villaro, Viozene. Cette dernière se trouve sur la route provinciale qui va vers le Bosco delle Navette en passant par Upega. Dans beaucoup d’autres hameaux, souvent dispersés le long des chemins de la Balconata, il est possible de trouver encore intacte aujourd’hui une architecture typique de montagne avec des maisons adossées les unes aux autres, réalisées avec des murs en pierres sèches construites en pierre grise à split et autrefois recouvertes de paille ou de dalles de pierre.

Laisser un commentaire

Élargissez Vos Recherches!