Garessio 12075 Garessio, Province of Cuneo, Italy
Catégorie Poi : Villes
Item Type : Punto di Interesse
Ville : CuneoGaressio

Garessio

Garessio, un village à juste titre considéré parmi les plus beaux villages d’Italie, est situé au centre d’un carrefour de nombreuses routes; certaines d’entre elles de mémoire préromaine, qui suivent depuis des millénaires les mêmes parcours, celles qui mènent du bas Piémont à la mer.

Routes de trafics anciens, piétinées par des centaines de générations, aujourd’hui encore des routes de commerce et de tourisme prospère. Aujourd’hui Garessio est connu avant tout pour l’eau San Bernardo, qui naît et qui est embouteillée ici. Mais il y a aussi beaucoup plus.
La ville est divisée en quatre quartiers: Borgo Maggiore, Poggiolo, Ponte et Valsorda.

En partant du bas, nous rencontrons Ponte, étendu le long du cours du Tanaro qui sépare le quartier en deux. C’est le lieu des commerces et des boutiques qui se succèdent le long de la Route et dans les rues qui vont vers le pont qui traverse le lit de cette rivière agitée qui, à plusieurs reprises, a dépassé les rives. A Ponte se trouve l’église paroissiale de Santa Caterina, conçue par le célèbre architecte Francesco Gallo.

Dans le Borgo Maggiore (ou simplement Borgo) se trouve l’hôtel de ville sur lequel se dresse une tour civique dont la partie centrale a été construite au XIIIe siècle. Borgo a sa partie la plus ancienne caractérisée par les restes des remparts dans lesquelles les portes de la ville s’ouvraient, dont deux sont encore parfaitement conservées : porte Jhape et porte Liaziolorum. Dans ce quartier vous trouverez la belle église romane de Santa Maria en Ripis, datant du 12ème siècle et la plus récente église paroissiale de l’Assunta. Toujours dans ce village est née la confrérie de San Giovanni (saint Jean), avec conjointement un baptistère caractéristique de forme octogonale. Ce bâtiment a également des origines très lointaines où il y a une représentation tous les quatre ans d’un drame sacré très subjectif appelé le Mortorio, écrit en 1433 et inspiré par la passion du Christ et sa déposition de la croix.
Cette brève liste de belles choses à voir n’épuise pas les suggestions que le «Borgo» peut offrir, car en se promenant dans ses rues, la plongée au Moyen Âge est inévitable et une promenade à la recherche de détails est recommandée, en passant près de la belle place de San Giovanni jusqu’au Poggiolo, légèrement surélevé par rapport à la ville.

Garessio est une ville riche en histoire; ses bâtiments le démontrent, les vestiges anciens mais aussi la riche documentation archivistique et artistique située à l’hôtel de ville, où vous pouvez visiter une pinacothèque; les objets exposés dans le musée géo spéléologique sont d’une importance absolue, à partir des objets trouvés lors des fouilles archéologiques menées dans les grottes de Gray, une cavité située près de Garessio et qui était habitée par des populations préhistoriques de bergers et de chasseurs; il s’agit de fragments d’armes, de céramiques et de décorations féminines. Très intéressants sont également les objets relatifs à l’ancienne faune des grottes, comme celle la Jena delle caverne et l’Ursus Spelaeus et les vastes collections de matériaux fossiles. La maison municipale abrite, entre autres, un très précieux Libro della Catena, un texte écrit il y a un millier d’années et accroché à une chaîne au siège du juge, qui pouvait être consulté par les parties lors des procès.
La couverture de ce précieux volume est en chêne revêtu de cuir et les pages contenant les règles que la communauté de Garessio a dû suivre au cours des siècles passés sont parfaitement conservées.

Les archives historiques contiennent également des registres précieux et anciens, presque tous restaurés, où toutes les propriétés ont été méticuleusement transcrites; chaque parcelle de terrain a été soigneusement indiquée, y compris les affectations à vignoble, châtaigneraie ou autre et les rentes correspondantes.
Souvent les lettres majuscules sont richement décorées et l’ancien rédacteur devait avoir un bon sens de l’humour parce qu’il s’est amusé en rapportant ici et là des caricatures amusantes, en dessinant d’un simple trait de plume, de gros nez, de longs mentons, des verrues proéminentes, des comtesses barbues et d’autres particularités des personnages qui faisaient les scènes de la ville dans l’antiquité.

En remontant le versant en direction de Calizzano, on rejoint Valsorda. Le quartier qui se trouve sur la crête qui descend vers la partie inférieure de la ville et qui est dominé par l’imposant dôme d’un sanctuaire dédié à la Vierge. La particularité de ce bâtiment religieux est une primauté : c’est le premier dôme construit en Italie en béton armé, et cela a eu lieu en 1924.
A côté de ce bâtiment se dresse, plus humble par sa taille, l’ancien sanctuaire, celui où naquit en 1653 la dévotion à la Vierge de Valsorda, juste après le miracle qui s’y est passé. On raconte, en fait, qu’une fille sourde-muette fut guérie lors de la prière à la Vierge.
Le territoire de Garessio est très étendu et s’étend aussi vers le Nord, jusqu’à monte Mindino et au col où grimpe la route qui va vers Pamparato et qui crée la frontière entre la vallée de Tanaro et la vallée Casotto. En descendant quelques kilomètres le long de cette vallée, on peut rencontrer une immense forêt de conifères et de hêtres, le château de Casotto. Ce bâtiment a une histoire très ancienne. Né comme Chartreuse probablement avant l’année 1000, il a subi de nombreuses transformations au cours des siècles, dont la dernière a été réalisée selon un projet par les architectes de la maison royale de Savoie et il est devenu la maison de chasse de Vittorio Emanuele II.

Aujourd’hui détenue par la Région Piémontaise, elle a fait l’objet de vastes travaux d’entretien et de restauration.

Laisser un commentaire

Élargissez Vos Recherches!